Le confinement est arrivé pendant les vacances, ça nous a permis d’avoir quelques jours pour nous adapter (même si on n’a pas pu récupérer nos affaires dans les classes). Toute ma préparation avant a été inutile (pour les 2 périodes restantes).
Les échanges informels avec mes collègues ont été très enrichissants (sur les outils, internet), la solidarité qui existait avant s’est amplifiée (sous une autre forme).
On a réfléchi ensemble éducateur et enseignant pour une cohésion et une cohérence des outils pour faciliter le travail avec les familles. On a harmonisé les outils, planifié nos interventions (les appels).
On a revu nos contenus pour revenir sur les fondamentaux selon les préconisations du ministère (exemple : géométrie à distance impossible).

Les parents ont été mis à contribution. Ils ont tous coopéré selon leurs moyens, certains ont été inventifs et ils ont installé des espaces de travail pour leurs enfants. Les parents ont été accompagnés dans l’aide aux devoirs de leurs enfants et j’espère qu’ils vont garder cette pratique.
Les limites ont été l’hétérogénéité de l’équipement des familles et les espaces de vie (parfois on entendait pour une famille nombreuse, les autres enfants qui travaillaient avec leurs enseignants).
Je tire mon chapeau aux parents ! Certaines familles ont été mis trop à contribution et on s’est dit qu’il faut lever le pied, elles vont craquer.

Déroulé du travail :
– On mettait sur Classroom les exercices
– Les parents imprimaient (ceux qui pouvaient)
– Les élèves faisaient les exercices
– J’avais un échange journalier avec eux en individuel pour la remédiation

Chapeau à la Ressource pour les impressions et les livraisons du matériel !

J’avais aussi le relais de l’éducateur (pour les supports pédagogiques mais aussi le mercredi). Le mercredi, les éducateurs proposaient des échanges entre enfants puis entre parents sur zoom.

Les visios ont permis aussi de travailler sur l’éducation auditive pour mes élèves. Pour certains élèves, je garderai le contact écran individuel (qui a été bénéfique pour certains enfants voire mieux qu’en présentiel). C’était une relation privilégiée même si c’était épuisant.

L’avantage aussi du télétravail c’est que je n’avais pas d’embouteillage. L’apport des nouvelles technologies (téléphone, internet) a été très bien pour les enfants entre eux et les enfants avec les adultes

Au départ, je trouvais les visios très intrusives mais j’y ai vu vu ensuite les bon cotés. On pourrait même utiliser la visio quand les parents ne peuvent pas venir pour certain rendez-vous (sans remplacer le présentiel quand même). Les parents se sont montrés très actifs (on avait déjà initié WhatsApp pour préparer le voyage à Maurice qui n’a pu avoir lieu)

Ça a montré un vrai travail d’équipe : Parents, enfants, enseignants, logistique (secrétariat, chauffeurs) et la hiérarchie qui a été très disponible.

SUZETTE CANAGUY

ENSEIGNANTE SPECIALISEE DA

Aller au contenu principal